Larème Debbah

Existe-t-il un lien entre lecture, écriture et thérapie ?

Je suis persuadée que oui.

Comment puis-je en être certaine ? Je le mets en application chaque jour qui passe et ce n’est que du bonheur !

J’ai travaillé dans une société financière jusqu’en février 2008, date à laquelle on m’a diagnostiqué une sclérose en plaques. Ce fut un choc terrible mais dans le fond, il y a toujours pire. Alors je suis partie du principe que je devais prendre la vie du bon côté et poursuivre ma route, en déviant quelque peu ma trajectoire vers la littérature et laisser tomber mes ambitions professionnelles.

Lorsque je n’ai plus su travailler, je me suis consacrée à l’écriture ainsi qu’à la lecture. Doucement, lentement, à mon rythme, sans que cela n’aggrave mon état de santé. Ce geste quotidien m’aide à passer au travers de l’adversité. Il ne sert à rien de se plaindre même dans le creux de la vague. Alors, grâce à vous, lecteurs et chroniqueurs, je me porte bien. Je garde le cap, le sourire et une magnifique rage de vivre sans réellement connaître mon avenir. Quoi qu’il en soit, je continue d’écrire encore et encore pour moi, pour ma santé et pour vous !

Je ne pensais pas rédiger un jour un manuscrit sur la sclérose en plaques jusqu’à ce que j’en ressente un besoin viscéral. C’est ainsi que Et si est né en mars 2018, L’Éveil en novembre 2018 et L’Aboutissement en avril 2019.

Cela dit, je continue d’écrire sur d’autres sujets qui me tiennent à cœur et que je vous invite à découvrir.

D’ailleurs, mon 5ème roman est sorti le 20 septembre 2019 et s’intitule La maison du bord de mer.

Et depuis le 19 mars, un 6ème bébé a vu le jour Polain !

Je ne peux que vous remercier pour votre présence, vos messages, vos commentaires qui me donnent des ailes, vraiment, sincèrement.

En pensant à vous, je me sens comme un papillon, l’éphémérité et la fragilité en moins !